AEROCHERCHE est une association qui a pour but de faire partager l’archéologie aéronautique.

Mais qu’est-ce que l’archéologie aéronautique? 

C’est une discipline qui a pour but de faire revivre l’Histoire : celle des avions et celle de ses navigants

C’est une discipline qui allie l’humain, la technique et l’histoire, avec un souci de rigueur extrême,

C’est une discipline qui est une découverte perpétuelle, et Internet lui a permis de passer à la dimension supérieure; 

L’archéologie aéronautique, c’est : 

  •  découvrir des restes d’avions oubliés : dans une grange, dans la terre, chez un particulier, 
  •  les analyser, et en particulier identifier le type de l’avion dont proviennent ces restes,    
  •  chercher la date de l’événement et reconstituer ce qui s’est passé (accident ? combat ?), ---
  •  retrouver les noms des acteurs (navigants, témoins), parfois même leurs descendants, 
  •  enfin, retranscrire le résultat de ces recherches, à travers des rapports et publications, dans des médias différents et variés (presse, Internet, musées, conférences, etc... ).

L’archéologie aéronautique permet des rencontres humaines étonnantes et uniques, 

Elle nous apprend à analyser des pièces d’avions souvent très endommagées et à les faire parler, 

elle nous mets en contact avec un réseau de passionnés dans le monde entier (la force d’Internet et de ses forums..)  

et enfin, elle nous permet de raconter des histoires oubliées et de faire revivre des faits d’armes vieux de 70 ans ou plus. 

 

Les règles de base de cette discipline sont inscrites ci-dessous : nous vous invitons à les lire et à les suivre attentivement.  

 

REGLES DE BASE DE L’ARCHEOLOGIE AERONAUTIQUE

Le suivi des  règles légales encadrant l’archéologie peut paraitre contraignante mais c’est une obligation pour assurer à l’activité sa légitimité et éviter toute dérive. Il convient en particulier, lorsque vous cherchez dans le sol, de demander systématiquement (auprès du service régional de l’archéologie - Direction régionale des affaires culturelles) une autorisation pour réaliser une prospection inventaire; Elle est délivrée au cas par cas, sur présentation d’une demande  justifiée et argumentée. Si cette autorisation est délivrée, un rapport de d’opération archéologique détaillé doit ensuite être rédigé et remis.

Obtenir l’autorisation du propriétaire du terrain ;

Avant de procéder à une quelconque prospection de surface, il faut, bien évidemment, avoir l’accord du  propriétaire du terrain concerné. Idem pour conserver les pièces trouvées. Un document écrit formel couvrant ces deux points est nécessaire et il vous sera demandé s’il vous faut prouver la propriété des pièces (pour les exposer, par exemple) ; 

L’utilisation d’un détecteur de métaux 

Si vous souhaitez utiliser un détecteur de métaux, sachez que son utilisation est légiférée et soumise à des règles très strictes comparables à celles d’une fouille archéologique. Outre l’autorisation du propriétaire, incluant l’usage de moyens de détection électromagnétique, l’autorisation  de la préfecture de région  est obligatoire. 

Pas de commercialisation des objets découverts ;

Notre démarche est exclusivement historique et non lucrative (bien au contraire, elle aurait plutôt tendance à coûter à ceux qui la pratiquent) ;  Le but in fine est d’exposer, de partager, de raconter, faire revivre des navigants oubliés, et en aucun cas, de mettre en vente les pièces trouvées sur des sites Internet ou lors de manifestations comme les bourses aux armes. Ce genre d’acte entretient un commerce malsain qui encourage les pillages, il est donc à proscrire formellement sous peine de poursuites; 

Attention aux explosifs :

Les appareils de la seconde guerre mondiale étaient souvent armés (bombes, cartouches incendiaires ou explosives, etc…). Si un objet trouvé vous inspire le moindre doute, ne rien toucher, baliser et sécuriser la zone. Informer obligatoirement et immédiatement la gendarmerie la plus proche qui se chargera de faire intervenir le service de déminage. Un excès de prudence ne peut faire l’objet de reproches. 

Respect des restes humains ;

Si des ossements sont trouvés, l’opération doit immédiatement être stoppée et la Gendarmerie prévenue. Ne pas le faire, c’est s’exposer à des poursuites pour violation de sépulture.

 

Presentation de l'Association Aerocherche 

L’association est née d’une passion et de la volonté de ses membres de donner un cadre institutionnel structuré à cette activité.

L’association (loi de 1901), sans but lucratif, a pour objet la recherche, la mise en valeur et la conservation du patrimoine aéronautique.

Elle cherche à mettre en valeur ses collections auprès du public, elle organise des conférences et vise à faire partager sa passion pour l’histoire aéronautique.

L’association est habilitée par l’administration fiscale à recevoir des dons affectés à cette activité et à délivrer des reçus fiscaux ouvrant droit à réduction d’impôt pour les particuliers et les entreprises.

L’association est constituée de membres bénévoles, spécialistes et passionnés, chacun dans son domaine d’activité et très complémentaires. La Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) est membre d'honneur de l’association.

Nous vous invitons à découvrir ce site internet qui a été conçu pour vous transmettre notre goût et notre passion pour l’histoire de ces avions et de ces hommes qui, amis ou ennemis, ont souvent perdu la vie aux commandes de leurs appareils.

 

AEROCHERCHE - 24 Allées Georges Brassens 31700 Blagnac