P51 PLOUIGNEAU

P51 PLOUIGNEAU

UN MUSTANG EN BRETAGNE 

P51 PLOUIGNEAU

For an English version, look at this link: http://www.petit-fichier.fr/2016/02/22/article-fana-gb-gilles-version/

En Août 1944, l’armée allemande est en débâcle et elle fuit l’avance alliée.

A quelques kilomètres à l’Est de Morlaix, une colonne hippomobile est harcelée par l’armée américaine à Plouigneau, mais elle se défend avec vigueur. Deux chars américains et une jeep sont successivement détruits, une plaque le rappelle aujourd’hui (1) .

1 plaque commemorative



Une escadrille de chasseurs P51 « Mustangs » est appelée à la rescousse et attaque la colonne allemande qui est alors en plein milieu du village. Le P51D immatriculé « A9 A » et baptisé « Fool’s Paradise IV » fait partie de cette escadrille (2) . Cet appareil est piloté en temps normal par le Major Evan Mc Call mais aujourd’hui c’est Louis Morrison (3) qui est aux commandes.

2-fool s paradise iv
3 Morrison

Les allemands ripostent et après le passage des avions US, Fool’s paradise IV est en difficulté et perd son liquide de refroidissement. Les camarades d’escadrille de Louis le lui signalent : « tu n’arriveras pas à rentrer, Louis, saute » C’est ce qu’il fait : il cabre l’avion pour monter le plus haut possible, il saute en parachute, et se pose sans encombre. Au sol, il est guidé par les paysans bretons qui lui indiquent ou sont les colonnes de l’armée américaine. Fool’s Paradise IV, laissé à lui-même, s’écrase à la bordure d’un champ.

67 ans plus tard, devant la mairie de Plouigneau (4), nous avons rendez-vous avec Robert, Jean et Daniel (5).

4 mairie de plouigneau
5 notre equpe

L’objectif est de retrouver quelques vestiges de Fool’s Paradise IV. Les élus locaux informés, et munis de l’autorisation du propriétaire du terrain, nous partons vers l’endroit présumé du point de chute et – clin d’œil amusant – des pales d’hélice, celle d’une éolienne (6) nous accueillent dans le village en question ;

6 des pales

Notre guide nous amène à travers les champs de maïs (7)et les recherches commencent : elles sont fructueuses. Les débris du P51 sont minuscules et complètement tordus, (8)l’impact a dû être très violent.

 

7 des champs
8 des vestiges

Après une électrolyse, certaines pièces, tel ce composant, (9) retrouvent presque leur aspect d’origine (10). Vous pouvez lire le dossier complet sur ce traitement ci-après.

 

9
10

Une autre pièce intéressante : un levier (11) qui laisse apparaitre des lettres (12) sur le côté. Un peu de nettoyage et un petit coup de feutre pour vous montrer ce qui était écrit : « land gear » (13), pour « landing gear » c’est-à-dire « train d’atterrissage ». C’est le levier qui servait à actionner le train d’atterrissage.

Puis, faisant des recherches sur cet appareil « Fool’s Paradise IV », je prends conscience que cet avion est connu. C’est le Mustang du Major McCall, célèbre pilote de la neuvième Air Force, et c’est aussi l’avion q

11 levier
12
13

ui était représenté sur la boite de la maquette « Airfix » des années 60 et 70  (15)
Regardez : les décalcomanies fournies pour décorer cette maquette sont bien ceux de « Fool’s Paradise IV ».

15

Des milliers de jeunes passionnés d’aviation des années 70’s ont dévoré « le Grand Cirque » de Pierre Clostermann et ils ont souvent assemblé des maquettes d’avion en plastique. Ceux-là connaissent certainement « Fool’s Paradise IV » et ils retrouveront un peu de leur enfance à travers les débris de ce P51.

Pour terminer cette recherche en beauté, nous terminerons par la découverte du fils du pilote de ce P51 : Marshall Mc Call.
C’est parce qu’il est loggé sur un site internet de « warbirds » (avions de la seconde guerre mondiale) que je fais la connaissance de Marshall, à distance. Un échange d’email s’ensuit, je lui explique que nous avons retrouvé des vestiges de l’avion de son père et il m’envoie une longue correspondance dans laquelle il décrit la vie extraordinaire de son père qui, à 85 ans, reprit les commandes d’un P51 en double commande en Floride, vola longuement et refit même des tonneaux 60 ans plus tard! Si vous voulez lire ce récit, vous pouvez lire l’annexe ci-après ;

Enfin, attaché à ce mail, il y avait une photo inédite de son père Evan McCall devant « Fool’s Paradise IV » : je la partage avec vous ci-après. (16)

Gilles Collaveri
(gilles.collaveri@hotmail.fr)

Remerciements : Jean Denouel ; Marie-Thérèse Hardy ; Mr. Plombe ; Rober Leroux; Daniel Sannier et Marshall Mc Call !

16 evan mccall

 

 

 

 

 

You can enable/disable right clicking from Theme Options and customize this message too.